sécrétions 2

by salomelandry

Après l’éjaculation, vidés d’eux même, mes amants renouent avec leur besoin de virilité, leur déni d’amour. On ne tombe pas en amour avec une baise, encore moins avec une pétasse. Il arrive cependant, qu’entre la tension ultime et le relâchement brusque, ils laissent entrevoir une faille qui cisaille leur corps. Une faille douce et rose tapissée de velours noir. Creusée de mes ongles, de mon sexe, de ma bouche.

Advertisements