Kouna

by salomelandry

Quand mon père est venu me chercher, j’avais la tête dans le cul. Dans l’auto, j’avais envie de sauter à tout le monde dans ’face. J’voulais juste voir Keith. J’regardais les blocs de bétons gris passer par la fenêtre, j’avais juste hâte d’arriver au show. C’était une des nombreuses journées où c’est que les choses allaient pas comme j’le voulais, j’attendais juste Keith pour faire baisser mon temper parce que ses tounes sont un peu comme un gros baume pour tous mes bobos. Mettez-y pas du poly, mettez-y Du Plaisir et des Bombes. Rien que pour ouvrir un peu ton bobo, pour jouer dedans pour qu’il se referme mieux. J’avais hâte de me faire jouer dans les bobos en live.

La première partie était plate, j’avais presque pitié du gars. C’était un type typique Canadian style avec le petit chapeau laitte, les cheveux roux, la barbe, les grosses lunettes laittes et le style un peu hipster-prepy-chic pour faire semblant de nous mind blown. La foule de hipster-trop-cool-pour-ça-moi-je-connais-tout s’en calissait ben raide et mon vieux côté hipster est ressorti parce que moi avec je m’en calissait. Le gars a voulu jouer au petit jeu hipster en lâchant de douces vacheries entre ses tounes. C’était malaisant comme le criss, tellement qu’il a dit son nom en le marmonnant. Je crois pas qu’il a vendu des albums c’te soir-là avec ses tounes patriotiques calmes sur le Canada. Ça a beau être swell pis toute, ça reste une toune patriotique. Come on dude, lâche le colonialisme.

Comme c’était plate, j’ai eu le temps d’étudier la crowd. C’était des hipsters mais au moins c’était pas le genre d’hipsters avec des apparats de malade qui essaient de voler le show ou de je sais pas trop quoi, d’avoir l’air trop cool parce que toute façon ils ont tout le temps l’air bête. Je me suis rendue compte que ce que j’aime des hipsters, c’est qu’ils boivent de la Pabst. C’était pas de la dry mais tout le monde dans la salle buvait de la Pabst, me suis sentie moins seule. Parce que oui, je bois tout le temps de la Pabst. C’est pas cher et pour vrai, on s’y habitue et ça devient taste, ça devient réconfortant. Vive la Pabst.

Pendant la brève pause entre le canadien épais pis Keith, j’ai jasé insurrectionnalisme et activisme avec des gens pas pire cool qui me posaient des questions qui respectaient pas full la culture de sécurité. J’les aimais bien pareil parce qu’ils étaient down avec mon tatou fuck patriarchy sur ma cheville. Ces gens-là ont généralement un bon fond. En plus ils trippaient sur Keith, j’me suis dit qu’ils avaient probablement trouvé le même remède que moi pour tous les petits maux de l’intérieur.

Keith, il avait juste lui, sa guitare pis un dude avec un piano et un moment donné, une petite machine de beat. C’était tout petit, c’était tout simple. J’avais raison, se faire jouer dans les bobos en live c’était magique. J’étais vraiment touchée, je saurais pas comment dire, comment expliquer ce que je feelais tout en dedans de moi. J’ai rarement été aussi touchée. J’étais tellement touchée que je suis tombée en amour, quand même un peu pour vrai. C’était pareil que quand je veux passer ma vie avec quelqu’un ; je voulais passer ma vie à l’écouter, je voulais lui faire l’amour, sérieusement. J’avais plus peur, j’avais pas peur de lui, peu importe comment soul il aurait pu être. Je l’aimais de cette façon malsaine que j’ai de m’attacher aux gens et de vouloir m’accrocher à eux pour toujours, de vouloir un peu devenir des cygnes. En plus, assis sur son tabouret, il était beau dans ses petits vêtements un peu crotté. Il avait l’air de sentir le swing qui sent bon, un peu épicé, qui chatouille un peu mes narines, qui dégage des phéromones qui me font devenir les genoux tellement tout mous que pour une fois, je sens mon cœur devenir trop gros. J’le sens devenir trop gros et je m’en criss parce que c’est trop beau, je m’en criss d’avoir mal après. Assis sur son tabouret, quand il enlevait sa guitare pour juste chanter par dessus le piano, je voyais sa bedaine. Une raison de plus pour tomber sur mes petits genoux et pour les écorcher encore un bon coup. Il a chanté Pas de panique, je voulais l’embrasser, le mordre fort et enfoncer mes ongles trop courts dans son dos. Je sais c’t’intense, mais tu peux pas comprendre, je crois. Tu le sais pas comment je tombe en amour tout le temps. Et pas de panique il reste encore un kilo de champignon magique.

Quand c’était terminé, j’étais comme sur un petit nuage. J’aurais voulu courir vers lui et le prendre très fort dans mes bras, lui dire l’effet que ses plaisirs, ses bombes et ses années monsieur ont sur moi, sur mes bobos et sur mes genoux tout écorchés qui cache un cœur dans leur creux. C’était ma première ellipse dans le temps depuis mon retour de voyage qui était en soi une immense ellipse dans le temps. Un grand trou qu’on pourra jamais plus toucher. Un grand nid doux et chaud. Mais j’ai pas couru vers lui, je l’ai pas pris dans mes bras, je me suis retenue, j’ai encore beaucoup de gêne pis je voulais pas avoir l’air groupie.

Après le show, j’écoutais un dude jaser de comment Keith était son meilleur ami et de comment il avait entendu Batiscan avant tout le monde et de comment au début c’était pas trop supposé être sur l’album. Il racontait comment il avait pris la photo pour son album. Ça m’énervait : je me fou qu’il soit ton ami, moi j’suis en amour, foutez-moi la paix. J’ai quand même dû quitter mon nuage un moment donné pour finir la soirée dans une genre de date. J’suis pas douée en date, je m’en rend compte. J’suis plus une fille à coup de foudre, j’ai trop de plaisir à avoir mal aux genoux et au cœur, dans le même mouvement idiot. Les crocs de tes charmes mordent les os de mes jambes.

Même si je suis tombée en amour ce soir-là, j’ai eu envie de me fâcher après tout le monde. Parce que j’ai fini avec trop d’alcool dans le sang à boire un yop à la place d’une bière parce qu’il y avait pu de bière chez lui. Aussi parce que dans le bus j’ai croisé un gars qui se pense meilleur que tout le monde: son but dans la vie c’est de basher des groupes de musique je crois et de m’expliquer à quel point les Black Lips chillent chez lui. J’ai fini la soirée à pas savoir comment baiser. J’avais tout oublié. J’me suis sentie poche. Peut-être j’avais trop de choses dans la tête. Fuck off. J’me sens trou de cul / j’me sens minable / j’me sens un petit petit peu mal.

Advertisements